mardi 31 août 2010

SwapS de rentrée, des nouvelles!

Eh oui, dans deux jours, c'est le grand jour, c'est la rentrée!
Il me fallait bien du réconfort pour passer ce cap difficile... un swap, par exemple? Non, pas un swap, mais deux!

Il y a déjà un mois, je m'étais inscrite au swap de rentrée, chez Kikine.


Kikine m'a envoyé le nom de ma swappée à temps, c'est-à-dire avant que je parte en vacances, et je dois dire que j'ai été très étonnée par le questionnaire de la personne en question, car, Kikine ne s'en est surement pas doutée (à part peut-être pour une réponse...), nous avons vraiment plein de points communs! C'est donc un plaisir de préparer ce colis!

Pour ce swap, les achats ont commencé, l'objet qui rappelle la rentrée est trouvé, ainsi que la partie "livres/dvd". Il me manque la partie gourmandises!


Mais comme je ne sais pas résister, lorsque mes copines d'un forum professionnel (mais pas que!) que je fréquente assidûment plusieurs fois par jour ont proposé un petit swap de rentrée, je leur ai dit oui.
Là encore, je connais ma swappée depuis un petit moment, car Alarica, l'organisatrice de choc, a eu la gentillesse de m'envoyer son nom par sms pour que je ne trépigne pas trop d'impatience avant de pouvoir découvrir son questionnaire. Et la révélation m'a ravie!
Et comme je suis une fille un minimum organisée (comment, vous en doutiez?),  la partie livres, l'objet qui rappelle la rentrée et l'objet détente sont trouvés.

Et il me reste encore un jour de vacances pour trouver les gourmandises!!!!!!
Comment? J'ai des cours à préparer??? Mais comment vous le savez???

vendredi 27 août 2010

Glee, saison 1

Cet été, j'ai découvert une nouvelle série : Glee.
Etant donné que mon addiction aux séries télé est connue, pourquoi ne pas en parler ici? C'est l'occasion d'une nouvelle rubrique, et d'une découverte intéressante.




L'histoire : dans un lycée américain, un professeur d'Espagnol tente de redémarrer la chorale du lycée, tombée dans l'oubli, depuis l'éviction de l'ancien professeur. Seulement, faire partie de la chorale de nos jours, pour les adolescents, c'est nul, ringard, la honte, quoi. Au début, cinq élèves seulement s'incrivent. Parmi eux, Rachel, une voix formidable et un égo surdimensionné. Will, le prof, accepte un challenge : faire participer la chorale à un concours régional, qui leur permettrait d'être reconnus et de faire la renommée du lycée. Personne n'y croit et les obstacles s'accumulent. Il faut au moins douze participants à la chorale, il leur faudra affronter la terrible équipe des pom-pom girls et passer outre les délires de star de Rachel.


Mon avis : en vérité, j'ai totalement accroché à cette série, malgré les énormes clichés qui sont nombreux. Les sportifs (footballeurs, pom-pom girls) populaires contre les pauvres participants à la chorale, victimes de moquerie, et absolument kitchs. Le gentil prof de chant, qui se donne à fond pour sa chorale, ses idéaux, sorte de rêve américain revisité : gloire, reconnaissance et popularité. 
La particularité de cette série, ce sont ses personnages secondaires, totalement décalés, et qui sont au coeur de tous les rebondissements : la conseillère d'orientation bourrée de TOC amoureuse de Will, la prof de sport sadique et obnubilée par la dissolution de la chorale, le Glee club,  la femme de Will, qui va lui attirer des ennuis...
Tout cela se fait bien évidemment en musique, à la manière d'un High School Musical, mais avec beaucoup plus de rythme, de pêche, et de modernité. Moi qui apprécie le genre de la comédie musicale, le cocktail est parfait.

Le premier épisode est cependant un peu abrupt, puisqu'il présente l'intrigue et tous les personnages d'un coup, mais sans aucun lien évident entre tous, mais si on se prend au jeu et qu'on visionne le second, on risque de se retrouver pris au piège : j'ai visionné six épisodes dans la même soirée!

Au final, c'est une série pour ado, parfaitement décalée, avec les problèmes fréquents des ados (histoires de coeur à foison), mais traités d'une manière originale.
Il faut évidemment laisser son cerveau d'adulte au placard pendant ce bon moment de détente, et la VO (sous titrée, quand même!!) est parfaitement accessible à un anglophone de mon niveau (c'est-à-dire très très moyen!!!).

mercredi 25 août 2010

Cocktail acidulé

Hello tout le monde!

Eh oui, je suis de retour, fin des vacances provinciales pour moi, mais je suis contente de retrouver mon chez moi, mes habitudes, et surtout de faire visiter la capitale à ma meilleure copine, venue passer quelques jours avec moi.
Mais grisaille parisienne ne veut pas dire moral en berne, bien au contraire! Pour lutter contre la morosité, ce soir, nous avons fêté notre retour avec un apéro coloré, acidulé, piquant, et surtout LIGHT!!!

La recette est archi simple, en plus.
Dans un grand verre, versez du nectar de goyave jusqu'à la moitié et ajoutez la même quantité de jus d'orange. Saupoudrez une pincée de gingembre moulu (l'équivalent d'une pointe de couteau) dans le verre et mélangez à l'aide d'un "touilleur" ou, ici, à l'aide d'une baguette chinoise (oui, oui, on fait avec ce qu'on a!!). Terminez par verser un trait de sirop de grenadine qui stagnera au fond du verre.


Tchin!!! Tchin!!!

samedi 14 août 2010

Blog en vacances!!!!

Juste un petit mot pour vous dire que ce blog est en stand by à partir d'aujourd'hui, vacances à la mer obligent!!!! 
J'emporte avec moi le plein de lecture (et de billets en retard) et de matériel de scrap' pour avoir de quoi rempiler après, dès mon retour. 

Je souhaite de très bonnes vacances à celles et ceux qui le sont juste ou encore, et bon courage à ceux qui ont repris. 


A la semaine prochaine!!!

jeudi 12 août 2010

Verrines au citron et meringue

Vous vous souvenez, quand je vous disais que l'apéro, c'était souvent, chez moi? 
Eh bien j'ai récidivé, cette fois-ci en concoctant un apéro dinatoire, avec des gourmandises salées et sucrées, de l'entrée au dessert, en somme. 

Voici une recette simple et assez rapide, non seulement très bonne mais aussi agréable à regarder. Pour douze verrines, suivez ces instructions :

Première étape : la crème de citron
Commencez par presser le jus de trois citrons (j'en ai utilisé quatre, mais côté acidité, je pense que trois suffisent, finalement), versez dans une casserole avec environ 100g de sucre, et une à deux cuillères de maïzena (si quelqu'un a une astuce pour que la maïzena fonde complètement dans le liquide - froid, évidemment- sans faire de grumeaux, je suis preneuse), et mettez sur feu doux. A part, battez trois oeufs, puis, quand le mélange sucre-jus de citron-maïzena commence à chauffer, versez les oeufs dans la casserole, et remuez constamment jusqu'à ce que le mélange épaississe, et blanchisse un peu. Quand la consistance vous convient, enlevez du feu et laissez refroidir, cela permettra au mélange d'épaissir encore un peu.


Deuxième étape : la meringue. 
Portez à ébullition dix centilitres d'eau avec 150g de sucre, sans remuer jusqu'à ce que le mélange devienne sirupeux. Pendant ce temps, battez deux blancs d'œufs en neige, et ajoutez lentement le sirop de sucre. Battez encore jusqu'à que la neige soit ferme et que le tout refroidisse bien. 


Troisième étape : le dressage 
Au fond de la verrine, déposez la crème de citron jusqu'au deux tiers du récipient, et ajoutez dessus la meringue.


Je trouve que cela donne à ces verrines un petit air d'îles flottantes, et ceux qui s'y sont trompés ont été étonnés de découvrir la texture de la crème de citron et son goût.

A vos fourneaux!

mercredi 11 août 2010

Captain Samouraï Flower Tour

Il y a presque quinze jours maintenant, j'ai assisté au dernier spectacle de Pascal Obispo, et j'ai donc découvert son nouveau personnage, le Captain Samouraï. 
J'avoue qu'au début, j'étais très sceptique. Je me disais que le gentil chanteur adoré par l'adolescente que j'ai été avait sacrément changé et qu'il "se la pétait" quand même bien assez pour présenter un univers comme celui-là. 

Mais comme le spectacle était organisé par une petite bourgade à une heure de chez moi, par un collectif d'associations qui depuis une quinzaine d'années, ont déjà fait venir Michel Sardou, Johnny Hallyday, Florent Pagny, Garou et Yannick Noah, avec, chaque fois, une organisation du tonnerre et des spectacles (jeunes talents et premières parties de spectacles) de qualité, je me suis une nouvelle fois laissée tenter. 

Vers 19h30, un groupe local, le groupe Mo, (qui commence à être assez connu) est venu présenter son troisième album, Mojito. Des textes sympathiques, des mélodies rythmées par des percussions qui donnent envie de danser, la demie-heure est très vite passée. 
Puis, nous avons vu arriver Nolwenn Leroy, gagnante de la Star Académy II, venue elle aussi présenter un album en anglais centré sur l'univers d'Alice au Pays des merveilles et notamment sur le personnage du chat de Cheshire. Quelle déception et quel ennui! Des textes d'une niaiserie kitchissime, des musiques lentes et assommantes malgré une harpiste extrêmement douée, et surtout, une prestation pas du tout en accord avec ce que doit être, selon moi, une première partie de spectacle, c'est-à-dire dynamique et prête à "chauffer" le public. Et en plus, on en a pris pour une heure... Les gens debout devant moi, tout près de la scène, s'en sont même assis par terre, et priaient presque pour qu'elle s'arrête! 

Enfin, vers 22H, le "vrai" spectacle a commencé. Dès le début, on mesure l'ampleur de l'univers créé par Obispo : un écran géant au fond de la scène diffuse des images du monde entier et du vaisseau du Captain Samouraï. 

video

S'ensuit, toujours sur l'écran, le discours d'une jeune canadienne de treize ans, qui milite contre les pratiques du monde moderne qui mettent en péril la planète. Et là, on s'inquiète : le spectacle va-t-il être moralisateur du début à la fin? Pas très divertissant tout ça... 
Mais en fait, non. Obispo, dans son habit de pirate, explique son projet et ses attentes à travers ce spectacle, mais sait aussi très bien ce qu'attend son public. 
Quelques chansons seulement de son dernier album, et les plus connues, sont dispatchées autour de toutes celles de son répertoire. On redécouvre "Personne", "Où et avec qui tu m'aimes" (mon dieu, toutes mes années lycée ont défilé dans ma tête pendant ces deux chansons!!!!), "Mourir demain", "Fan", "1980", "Tombé pour elle", avant un final en beauté avec "Lucie" tranquillement assis sur le bord de la scène.
Le spectacle étonne aussi par des choix de reprises inédites comme, entre autres, "Le paradis blanc", de Michel Berger, "Feel" de Robbie Williams. 
Enfin, Obispo fait également la part belle aux chansons qu'il a composées pour d'autres artistes, avec un medley de "Zen", composé pour Zazie, "Ma liberté de penser" pour Florent Pagny et "Allumez le feu" pour Johnny Hallyday et une interprétation au piano de "L'envie d'aimer", extraite de la comédie musicale des Dix Commandements.

Pendant plus de deux heures trente, le chanteur se déchaîne sur scène, donne beaucoup à son public et livre un véritable show.
video

On peut ne pas aimer le personnage, mais la performance est toutefois remarquable. 
Pour ma part, j'ai sauté partout et chanté pendant deux heures trente, et je n'ai pas vu passer tout ce temps. 

Attention : ceci est une anecdote inédite, qui, il y a quelques années, m'aurait fait pousser des couinements de bonheur (eh, je vous entends! Comment ça, même encore maintenant???) : pendant son interprétation à la guitare de "La valse des regrets", extrait de son dernier album, Pascal Obispo (notez que je n'ai pas écrit "Pascaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaal") a lancé son médiator dans le public. L'objet du délit a atterri dans le décolleté de ma frangine, qui, surprise, l'a fait tomber. Ni une, ni deux, me voilà accroupie à la recherche du médiator et malgré quelques mains et paires d'yeux qui tentaient la même chose, c'est quand même moi qui l'aie eu!!!

vendredi 6 août 2010

Le Club des cinq en embuscade, Enid Blyton

Oui, oui, j'ai écouté les coupines qui ont voté lorsque je leur ai demandé leur avis, et j'ai choisi de me replonger dans une lecture régréssive, avec un tome du fameux Club des cinq. 

L'histoire : L'heure des vacances a sonné pour Claude, François, Mick et Annie, qui rentrent en train jusqu'à Kernach, où résident les parents de Claude. Malheureusement, une mauvaise surprise les attend là-bas : Maria, la cuisinière de la famille Dorsel, a attrapé la scarlatine et M et Mme Dorsel sont mis en quarantaine par sécurité. Les enfants ne peuvent pas accéder à la maison et encore moins y passer leurs vacances. Il fait encore trop frais pour séjourner sur l'île de Claude. Mais Tante Cécile a trouvé une solution : les enfants vont être accueillis par le professeur Lagarde, collègue de M Dorsel, et son fils Pilou, que les enfants connaissent déjà (voir La Boussole du Club des cinq). Même s'ils ne sont pas enchantés, les enfants vont donc faire du camping avec Pilou, dans un pré bordant la maison. A peine installés, ils voient débarquer un cirque, qui plante son chapiteau et stationne ses roulottes à quelques mètres d'eux. Les enfants se réjouissent de cette attraction inattendue, jusqu'au moment où Pilou parle trop, et révèle des détails importants sur les travaux de son père. Au cours de la nuit, la tour du professeur est cambriolée et des papiers précieux sont dérobés. L'enquête du Club des cinq commence... 


Mon avis : C'est toujours un plaisir de retrouver le club des cinq, même si à mon avis, ce tome n'est vraiment pas un des plus captivants, pour plusieurs raisons. 

D'abord, l'action est terriblement longue à se mettre en place, et le vol qui va enfin donner du mouvement à l'histoire n'est commis que vers la cent-quarantième page, ce qui laisse seulement une centaine de pages après pour les péripéties. Avant, eh bien, on s'ennuie un peu.
Ensuite, ici, les cinq ne sont pas seuls à mener l'enquête, et j'avoue que je préfère de loin les titres où les quatre cousins sont seuls... Le personnage de Pilou est agaçant, trop "bébé" pour s'accorder avec la maturité des quatre aventuriers. 
Enfin, l'histoire en elle-même est simpliste, il y a peu de rebondissements, on devine tout de suite qui a commis ce vol, il n'y a aucune surprise (mais peut-être est-ce mon point de vue d'adulte qui fausse tout) contrairement à d'autres intrigues où on se laisse quand même surprendre. 


Malgré tout, ce tome a quand même un très gros point positif : il laisse la part belle au personnage de Claude, qui va résoudre l'énigme à elle-seule. Sa détermination la pousse à agir seule, son intrépidité et son courage lui font prendre beaucoup de risques et sa chance et la présence de Dagobert, son fidèle compagnon, vont lui permettre de rentrer saine et sauve. 
Claude est un de mes personnages préférés, après Mick, son cousin. J'aime leur côté fonceur, un peu fou, et leur humour! La susceptibilité de Claude et les facéties de Mick promettent toujours de bons moments au sein du groupe.

En résumé, ce n'est pas la meilleure des aventures des cinq, mais j'ai quand même passé un très chouette moment de lecture!!!

mercredi 4 août 2010

Initiation au décopatch

Après le scrap', nous nous sommes mis au décopatch. Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas, je vous propose un billet très détaillé sur ma première création en la matière, avec les techniques et, en exclusivité, les conseils et astuces d'une pro (pas moi, hein!!). 

Matériel nécessaire : des serviettes en papier décorées, une petite paire de ciseaux, du vernies colle et un pinceau fin. 

Première étape : Prenez un support quelconque, en bois ou autre, qui peut être utilisé tel quel, ou peint. J'avais à disposition une boite à chaussures que j'ai peinte. 











Le conseil de la pro : si le support choisi est destiné à être uniquement décoratif, la peinture gouache suffit. Si au contraire, vous allez souvent manipuler l'objet, utilisez de la peinture acrylique, qui supportera mieux les traces de doigts et autres marques d'utilisation fréquente. 


Seconde étape : le découpage des motifs. dépliez votre serviette et posez-la à plat. Choisissez le motif à découper et utilisez une petite paire de ciseaux plus maniable pour les découpages précis qu'une grande paire. 

Le conseil de la pro : découpez vos motifs avant de détacher toutes les épaisseurs de la serviette. Vous ferez plus facile ainsi qu'avec la fine épaisseur de serviette restante. Dédoublez ensuite votre motif en retirant les deux épaisseurs de serviette non décorée. 

Troisième étape : avec le pinceau, prenez un peu de vernis colle dans le pot, et étalez-le sur votre support, à l'endroit où vous voulez  coller votre motif. Collez ensuite délicatement votre motif sur le vernis, en commençant par le bas de façon à lisser le motif vers le haut et éviter les plis. Repassez ensuite une couche de vernis sur le motif. 

Le conseil de la pro : quand le motif est collé, commencez à poser le vernis (pinceau très peu trempé dans le pot, moins il y a de vernis sur le pinceau, plus la pose est facile) environ un centimètre avant le bord du motif, en lissant vers l'extérieur. Puis, revenez à l'intérieur du motif avec le pinceau, et recommencez à passer du vernis, toujours en allant vers l'extérieur.

Autre conseil de pro : comme il y a toujours des incidents quand on débute une activité manuelle,  comme ce fut le cas pour moi lors du collage du motif du couvercle, n'appuyez pas trop fort sur votre pinceau pour passer le vernis et ne tirez pas non plus trop fort pour lisser le motif, sinon, vous risquez de déchirer le papier. 

Voici le résultat de mon travail : il ne faut pas regarder de trop près, car les finitions ne sont pas top, mais c'est un début. 



Pour un fini plus uniforme, une fois le vernis sec, vous pouvez repasser une couche de vernis sur tout votre support. Cela le protègera. 

Un scrap' estival

Afin de montrer à Sandra comment créer sa page, j'en ai réalisé une aussi. 
Mes modèles à moi sont mes modèles préférés, Hugo, 3 ans et demi sur les photos, et Simon, qui allait en avoir 4. Les photos sont de l'été dernier. 

Comme ce sont deux petits mecs bien blonds, j'ai choisi une couleur dominante qui leur va bien à tous les deux, le bleu. 
Voici ma page de fond : 


En dessous, les pages qui m'ont servies pour le matting : 










Et voilà ce que cela donne, une fois la page terminée : 


Les accessoires : des attaches parisiennes en forme de papillons marron et bleus, ou de cercles verts, de petits carreaux brillants pour faire le coeur des fleurs, deux mini-épingles vertes pour l'étiquette de Simon, et deux rubans : l'un avec l'inscription "une belle journée" sous une photo de Hugo, et l'autre, en haut, qui servira à accrocher la page.

Une page de scrap' pour une naissance

Hier, ce fut une journée intense. On peut dire qu'avec ma copine Sandra, on a bien travaillé! 
Sandra fait du décopatch, et je lui ai demandé de me montrer comment elle s'y prenait. En échange, je lui ai montré comment créer une page de scrap', pour la naissance de sa nièce, l'adorable Chloé.

Pour cela, elle a eu besoin de matériel; j'ai donc pioché quelques idées dans une chouette boutique de la grande ville! 


La page beige et rose (sur laquelle on a bien craqué toutes les deux!) a servi de page de fond. Après quelques explications pratiques, concernant le matting des photos, la disposition, etc... j'ai pu constater que Sandra n'avait pas vraiment besoin de moi (car elle est très douée et équipée d'un logiciel qui ferait pâlir de jalousie toutes les scrappeuses que je connais... ) car elle a réalisé une superbe page. Belle réussite pour une première! 


Et voilà!!! Bon, il faut dire que le modèle est à croquer, non??? Elle n'avait qu'une petite semaine maxi sur ces photos, mais je peux vous dire que c'est un bébé très tranquille! 
Regardez-la vite, je ne vais pas laisser la photo bien longtemps!