mardi 4 juin 2013

Le premier mardi, c'est permis, L'endroit et l'envers, de Jérôme

Deux ans déjà que je lis des trucs inavouables, rien que pour les beaux yeux de ma Stéphie... 
Deux ans déjà que ce rendez-vous a pris de l'ampleur, faisant de plus en plus d'adeptes... 
Ma parole, serions-nous sous l'emprise de la secte du sexe? Du cul-te de la littérature érotique? 

En tous cas, moi, je suis addict, c'est clair! 
Et je comprends trop tard qu'en ne lisant rien par manque de temps ce mois-ci, je rate les deux ans du premier mardi! 
Encore plus frustrant qu'un Passion Intense décevant! 







Et puis voilà que Jérôme, l'homme du mardi, le seul mec qui lit de la clit-litt sans rougir, celui qui change le nom de son blog par amour du premier mardi, balance sur FB qu'il ne va pas lire mais ECRIRE une nouvelle pour fêter les deux ans du rendez-vous! 
A minuit pile, en plus, le billet sera en ligne... Non mais quel teasing... 

Ca tombe bien, suis pas couchée, moi... le premier qui suggère que je l'ai fait exprès... me connait très bien... 

Après avoir lu la prose de Jérôme, je ne pouvais pas ne pas en parler, non mais, vraiment... Pour lire sa nouvelle, c'est par .
Alors voilà, ce soir, je vous propose un billet du mardi sur un billet du mardi! 


L'histoire :  Maryline Lehallier, secrétaire d'une étude notariale, mariée, discrète, invite un soir son tyrannique patron à dîner. Les hommes boivent un peu, la conversation prend une tournure délicate, et Maryline préfère aller se coucher... 


Mon avis : Bon, ça y est, je suis (presque) remise, je peux enfin écrire sur ce petit bijou d'histoire coquine. 
Jérôme avait prévenu, il n'avait pas l'intention d'écrire du porno pour du porno. Et c'est réussi. En même temps, l'avantage de lire parfois les pires daubes qui sortent en la matière... c'est que Jérôme évite tous les clichés, l'absence d'histoire, la lourdeur et la vulgarité gratuite trop souvent présente dans les dernières "romances" sorties. 
Jérôme soigne les détails. Il prend le temps de présenter Maryline, de placer un "cadre" derrière son histoire... le tout savamment bien ordonné et vraiment bien écrit en plus! 
Du coup, Maryline, le mari et le patron n'ont plus de secrets pour nous, avant même que cela se corse... enfin, ça, c'est ce qu'on croit... 

Arrive le fameux dîner, le vin, la conversation qui dérape, la chambre où Maryline s'est endormie... 
La suite, eh bien, la suite, c'est la meilleure expérience sexuelle que Maryline ait jamais connu. Pourquoi? Parce que son mari d'habitude si "conventionnel" dans sa pratique, s'aventure là où il ne s'est encore jamais aventuré... Surprenant, non? Maryline se laisse aller, s'abandonne, à moitié endormie et en même temps bien "éveillée", à l'extase...  avant de subir à nouveau les assauts d'Emmanuel (?)... puis d'un deuxième homme en même temps... un à l'endroit, un à l'envers, donc... 

Jérôme file (la tentation est grande d'ajouter "en" devant ce verbe, mais ce ne serait vraiment pas rendre justice à la délicatesse et la finesse de Jérôme) les métaphores religieuses et maritimes jusqu'au bout, alliant humour et vocabulaire au charme désuet ou mots plus abrupts, étonnamment élégants pourtant. 
Jérôme, tu ris si je te dis que grâce à toi, j'ai appris des mots? 

Une chose est sûre, le texte ne laisse pas indifférent, et encore, vous ne vous doutez pas à quel point j'euphémise avant d'avoir lu cette nouvelle! Jérôme sait l'art de faire monter la température, sait appuyer là où ça fait... rougir, soupirer. 
Difficile de s'endormir après ça, et c'est pas Noukette qui me contredira! 

Un mot de la fin, peut-être? Encooooore!!! 
La suite, la suite, la suite! Vite! 
A voir le nombre de commentaires sur le blog de Jérôme aujourd'hui, je ne suis pas la seule à avoir apprécié, alors je ne crois pas me tromper en te disant merci au nom de toutes tes lectrices! 

Voilà, c'était mon billet du mardi, et mon petit clin d'oeil à Jérôme, l'homme du mardi! Un petit "hommage" au seul mec qui ose les lectures inavouables, qui éclipse tous les Christian Grey, Gideon et autres vampires à la dague noire, et qui a eu le courage et la classe d'écrire un texte que tous les auteurs du "genre" devraient lire avant de se lancer dans l'écriture! 

Bon anniversaire et longue vie aux premiers mardis!
 

9 commentaires:

  1. Classe notre Jérôme, tu l'as dis ! J'adore ton billet du mardi sur un autre billet du mardi, mine de rien, tu viens d'offrir à Jérôme sa première chronique ! ;-)
    Un bijou ce texte par un bijou de mec, que demande le peuple ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair, un petit bijou qui valait bien une chronique... Purée, quand il sera célèbre, imagine!
      Des bises Noukette!

      Supprimer
  2. Eh bien que dire, jamais je n'aurais cru que mon petit texte puisse avoir autant d'impact (et pas seulement sur toi). C'est surprenant (le mot est faible) de découvrir un billet sur mon billet. Je suis touché à un point que tu ne peux pas imaginer. Merci Sarah, si l'occasion nous est donnée de nous recroiser au prochain salon du livre, je te ferais un gros bisou parce que vraiment, c'est un beau cadeau que tu m'as fait là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne soupçonnais pas ton pouvoir, hein? ;-)
      C'est surtout toi qui nous a fait un joli cadeau...
      J'espère bien qu'on se recroisera au Salon, en attendant, d'ici là j'espère que tu auras écrit de nouvelles nouvelles!

      Supprimer
  3. oh chouette billet ! mais c'est vrai qu'il le mérite, ce cher Jérôme ! Et je crois que si j'avais lu sa nouvelle à minuit, j'aurais moi aussi eu du mal à dormir... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Liliba!
      Ah oui, je confirme, à minuit passé, ça perturbe..

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  5. oh misère ! voilà seulement que je tilte pour le titre !
    je l'avais en fait perdu de vue au fil de ma lecture tellement j'étais happée par la nouvelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait comme toi! En écrivant le titre de mon billet, je me suis dit "mais au fait, elle a bien un nom, cette nouvelle!" et je suis revenue sur le blog de Jérôme pour vérifier!

      Supprimer